L’âne est en danger partout dans le monde.

Après avoir massacré la population d’ânes chinois par millions, c’est en Afrique, en Asie, en Amérique du sud et du Nord que l’industrie des remèdes traditionnel chinois massacre les ânes. Après les tigres, les éléphants, les rhinocéros, c’est au tour des ânes d’être victimes de croyances d’un autre âge...Dix mille hommes et femmes sont employés dans une centaine d’usine en chine, où les peaux d’ânes sont bouillies et liquéfiées pour faire des collations, des poudres et des crèmes pour le visage que les Chinois croient être la clé d’une longue vie et d’une beauté durable... 4 millions d’ânes sont ainsi tués chaque année et le chiffre augmente sans cesse... Au Brésil, en Australie, le massacre se fait dans l’indifférence.
En Afrique, la résistance s’organise. Les ânes sont utilisés pour les travaux agricoles par les populations les plus pauvres et le trafic de peau d’ânes est en train de tuer petit à petit le travail agricole local. L’âne a une telle importance économique pour l’agriculture et les transports que certains gouvernement ont votés des lois pour le protéger.

Comme les ânes ne suffisent plus, des contrefaçons de gélatine d’âne se font en utilisant des peaux de mulets , des chevaux , des chameaux , des porcs, de vielles chaussures chaussures et autres cuirs.

Vols d’ânes

Et le pire, c’est que là ou il est maintenant protégé, ils sont massacrés par des bandits qui les tuent pour voler leur peau ! De nombreux villages sont obligés de faire garder les ânes par des hommes armés ! Les peaux d’âne se vendant de plus en plus cher, les ânes d’encan qui se vendent souvent à bas prix sont ainsi menacé d’être tués pour leur peau. Effarant non ? C’est un massacre a très grande échelle qui met en péril la survie de l’âne au niveau mondial.

Exemple : Trafics de peaux et de cuirs, l’âne en danger

Extrait : Un ressortissant de Djibasso nous a fait savoir également que « les voleurs dépiècent les ânes en brousse, transportent les bonnes parties de la viande et la peau, et délaissent la carcasse sur les lieux. Pour éviter tout risque, les habitants sont obligés de faire un enclos pour attacher leurs ânes à la maison ».

Avec cette situation, il faut craindre pour les ânes, et leurs maîtres aussi. Que seront ces malheureux paysans avec leurs outils agricoles tels que la charrue et la charrette sans âne ? Question cruciale. « On n’a pas besoin d’avoir une longue vie pour répondre à cette question. En tout cas, si rien n’est fait pour sauver le compagnon fidèle de l’homme parce qu’on lui en veut à cause de sa peau, cette espèce est condamnée à disparaître au grand regret de ces derniers », conclut un citoyen dépité.

Quelques liens pour découvrir l’horreur de la situation, âmes sensibles s’abstenir

Et l’âne n’est pas la seule espèce à souffrir des superstitions :

Voila comment finissent nos ânes :

Gelatine d’ânes
Source wikimedia, underbar dk


En conclusion :

Plus je connais les hommes , plus j’aime les animaux.