Équitation
Article mis en ligne le 1er mai 2017

par christian
Noter cet article :
0 vote

L’âne a une morphologie qui le rend moins agréable que le cheval en équitation.

  • Il a un garrot plus bas et son épine dorsale est saillante.
  • Son dos plus rigide le rend inconfortable au trot.
  • Souvent, les selles de chevaux ne lui vont pas.
  • Sa cage thoracique proche du garrot est plus rétrécie que chez le cheval, ce qui provoque un glissement de la selle vers l’avant. Il est donc conseillé d’utiliser un avaloir.

Dans les zones accidentées ou montagneuses, l’âne a le pied sûr et un caractère stable. Le saut d’obstacles à dos d’âne est une discipline très pratiquée où les ânes excellent. Aux États-Unis, ce sport est pratiqué couramment. Dans ma jeunesse, beaucoup de fêtes foraines avaient des ânes que les enfants pouvaient monter. Au Québec, jusqu’aux années 50, dans certaines fêtes de village, il y avait des courses d’ânes. Du polo avec des ânes, du basket avec des ânes, du Baseball avec des ânes.

 L’âne et les Cowboys

L’âne est utilisé par des Cow-boys américains en terrain montagneux pour rassembler les troupeaux de vaches. Au Nouveau-Mexique, le climat est désertique. L’eau est rare, l’herbe sèche et le sol aride. Dans cet environnement, les chevaux s’épuisent vite et ont besoin de beaucoup d’eau et de nourriture. Dans ces conditions, beaucoup de Cow-boys se sont tournés vers l’âne qui est à l’aise dans cet environnement. Frugal, il travaille dur et se contente de peu. Il est fiable et ne met jamais son cavalier en danger. Les Cow-boys choisissent des ânes avec un mental rebelle. Ils choisiront toujours le sauvage qui cherche à s’enfuir lors du premier contact. Ce sont d’après eux ceux qui travailleront le plus dur.
Il existe même aux États-Unis des courses d’ânes de selle !

 Les avantages de l’âne en équitation

Il y avait un magnifique récit sur internet qui a hélas disparu qui vantait les mérite de l’équitation avec un âne. Une Américaine francophone, faisait des randonnées de plusieurs jours dans le Montana avec un âne mammouth. Ses compagnons en chevaux se moquaient tous un peu d’elle… jusqu’au jour ou le cheval de tête c’est blessé en pleine montagne. Tous ont essayé de prendre la tête à tour de rôle mais cela a été galère après galères… les chevaux étaient nerveux et c’était un peu la panique. La femme est passée devant avec son âne qui a guidé la troupe dans la montagne plusieurs jours. Les chevaux ont suivi l’âne sans problème les jours suivant. Depuis, plus personne ne se moque de son âne et il est devenu “cheval de tête” !

 L’équitation avec un âne

L’âne est un animal rassurant, pas craintif, pas nerveux, régulier dans ses attitudes.
Résistant, infatigable on peut partir avec un âne seul ou avec des chevaux aussi bien pour une heure qu’un mois !
Avec un âne, pas d’émotions fortes. C’est un animal idéal pour un débutant qui veut progresser tranquillement, sans risques.
Les cavaliers issus du monde du cheval auront du mal à comprendre l’âne.
L’âne refuse les coups de talon, de cravache, les coups dans la bouche… et la maltraitance que beaucoup de cavaliers pratiquent, hélas, avec leurs chevaux.
L’éducation de l’âne ce fait donc tout en douceur et on obtient tout par la confiance et rien par la force.
On monte un âne a cru, sur une selle western, une selle anglaise, a condition qu’il y ait une sangle adaptée et une croupière. Le mors n’a pas à être violent, même si les lèvres de l’âne, habituées aux nourritures piquantes et dures, sont moins sensibles et plus protectrices des barres.
Parler à l’âne, utiliser la voix est essentiel pour sa conduite.

En Europe, aux états unis, on peut facilement faire un stage pour apprendre l’équitation avec un âne et trouver de grands ânes adapté à ce sport.