LA PRÊLE des champs et la prêle des marais
Equisetum arvense et Equisetum palustre L.
Article mis en ligne le 10 août 2017
dernière modification le 26 octobre 2021

par christian
Noter cet article :
0 vote

Pour les ânes

La prêle des champs même si elle est utilisée en herboristerie est toxique et la prêle des marais encore plus.

Toutes les parties de ces plantes sont toxiques.
Les ânes la mangent rarement, mais elle peut se trouver séchée dans le foin et être consommée ainsi. La prêle séchée est encore plus toxique.

Les premiers symptômes apparaissent après une à deux semaines d’ingestion quotidienne :

  • Troubles de l’équilibre,
  • Démarche chancelante,
  • Jaunisse,
  • Perte d’appétit,
  • Faiblesse,
  • Démarche chancelante,
  • Excitation,
  • Paralysie,
  • Dans certains cas, urine éventuellement foncée, puis la mort.

La prêle des champs renferme, en outre, une substance, la thiaminase, qui détruit la vitamine B chez les animaux et la prêle des marais a en plus de la thiaminase, un alcaloïde toxique
Un traitement à base de vitamine B1 est possible pour les intoxications à la prêle des champs..

La prêle des champs

Tiges fertiles de prêles des champs portant les sporanges.
Par F. Lamiot — Travail personnel, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1557411
prêle des champs
Tiges stériles d’Equisetum arvense
Par Walter Siegmund (talk) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8726511

La prêle des marais

Prêle des marais
Par Petr Filippov — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7075289