Les Parasites et maladies de la peaux
Article mis en ligne le 26 octobre 2016
dernière modification le 18 juillet 2018

par christian
Noter cet article :
0 vote

Même si la peau de l’âne était réputée pour sa dureté et servait à fabriquer des tambours, des gants, des chaussures, elle est sensible et peut-être atteinte par diverses infections dues à des parasites, des champignons, des allergies, des dermites, des papillomes, mélanomes, sarcoïdes et des gales. Dans les faits, on rencontre peu souvent ces problèmes. Voici un tour d’horizon des divers problèmes les plus communs rencontrés au Québec.

 LES POUX

Même s’ils sont rares, les ânes peuvent être infesté par des poux suceurs ou des poux piqueurs. Le pou piqueur (Bovicola equi) se nourrit de cellules et de tissus qui se sont détachés de la surface de la peau. Le pou suceur (Haematopinus asini) se nourrit de sang.
L’âne se gratte sans cesse, parfois jusqu’au sang. En regardant à la base des poils, vous pourrez trouver des lentes, les œufs des poux. Les poux peuvent provoquer des anémies, des infections, des irritations de la peau. Ils peuvent être vecteur de maladie et s’installent souvent sur des animaux affaiblis. Il faut éviter de laisser des ânes en contact avec de la volaille car elles peuvent leur transmettre leurs poux. Consulter votre vétérinaire pour un traitement. Souvent les produits de traitement sont sous forme de poudre. Je ne les aime pas car elles volent et peuvent être inhalées par l’âne. Je leur préfère des perméthrines en solution à 4 %.

 LA TEIGNE

Ce champignon se développe souvent après un choc, traumatisme, une chute des défenses immunitaires ou si l’âne vit dans une atmosphère humide, écurie, box… L’âne perd son poil en large plaque avec des croûtes blanchâtres et rondes. On peut la soigner en lavant les croûtes avec une solution iodée. Il faut bien la contrôler car l’âne a absolument besoin de son poil en hiver. Les attaques peuvent survenir au printemps. L’âne se gratte après des arbres, des poteaux...
L’automne suivant, s’il est bien humide, en se grattant aux même endroits, il peut se réinfecter. Si l’infection persiste, consultez votre vétérinaire et faites attention car la teigne peut se transmettre à l’homme.

 LA TIQUE :

C’est un parasite externe qui peut être très dangereux car il transmet la PIROPLASMOSE. Si vous avez des tiques chez vous, surveillez vos ânes pour détecter les symptômes, un âne faible, amaigri, souvent couché, vacillant sur ses pattes, avec de la fatigue chronique peut en être atteint. Inspectez donc vos ânes et enlevez toute tique.

 Les mouches, moucherons et autres insectes piqueurs.

La dermatite estivale récidivante est une réactions de type allergique provoquées par les insectes piqueurs.

Cette affection cutanée est causée par une réaction allergique à la salive des insectes piqueurs. Les premières piqures sensibilisent l’animal et cet état de sensibilisation va en augmentant avec de nouvelles piqures. Il s’en suit tout un processus réactionnel avec production d’histamine et formation d’oedèmes cutanés.

Je l’ai rarement observée chez mes ânes mais je soupçonne un de mes ânes d’en être sujet.

Dès l’arrivée des insectes piqueur la maladie commence et disparait en automne avec la fin des insectes piqueurs aux premiers froid. Les lésions cutanées sont souvent localisées, à l’encolure, au garrot, parfois aux oreilles ou à la base de la queue. On la reconnait à la présence de nombreuses boursouflures, à une perte de poils et par des démangeaisons très intenses.

Le traitement consiste en l’application locale de corticoïdes et des lotions calmantes appliquées.

Je ne connais aucun traitement préventif efficace et sans danger pour l’âne.

Chaque âne doit avoir sa brosse pour éviter de transmettre d’un âne à l’autre les parasites