Maltraitance et ignorance
Article mis en ligne le 7 novembre 2016
dernière modification le 26 octobre 2021

par christian
Noter cet article :
0 vote

Ce matin je reçois un courriel d’une personne ravie d’avoir acheté un ânon de 3 mois pour l’élever avec des chevaux !!!!
Comment est ce possible d’acheter un âne sans se renseigner avant sur ses besoins ?
Toute l’information existe gratuite ou payante en livre, en stage, sur internet.

Vendre un ânon a trois mois est de la maltraitance. voir cet article : sevrage précoce de l’ânon
Acheter un âne a cet âge est de la complicité de maltraitance. cela démontre que la personne a aucun moment ne c’est renseigné sur les besoins de l’âne, sur son élevage et que l’âne aura toute les chances de connaître un triste sort.
Un âne n’est pas un cheval, il a des besoins alimentaire trés différent. Élever donc un âne et des chevaux ensemble, les nourrir ensemble 8 mois par an comme c’est le cas au Québec, c’est condamner l’âne à l’obésité et à toutes les maladies graves qui sont fréquentes au Québec, fourbure et hyperlipémie souvent mortelle.

C’est navrant de voir que la vente d’ânon de trois mois, de 6 mois se fait toujours. J’ai même été insulté et menacé par un gars qui vendait des ânons d’un mois et qui m’accusait de l’empêcher de gagner sa vie...
Seul le vendeur en tire avantage. Il rentre plus vite dans son argent, limite ses risques de perte. L’acheteur lui, sur les conseils du vendeur, va donner du grain, de la moulée et fabriquer un ânon malade et souvent agressif qu’il va vite revendre quelques mois plus tard et refiler l’ânon et ses problèmes à d’autres... si l’ânon survit.

La meilleure solution pour nourrir un ânon de trois a six mois et limiter les problèmes futur est de lui faire téter une chèvre ou de le nourrir au lait de chèvre ou de jument. L’ayant fait, je peux vous assurer que ce n’est pas un mince travail, mais le résultat en vaut le peine.