Mise à jour sur l’alimentation de l’âne

Une mise à jour du livre sur l’alimentation de l’âne.

Article mis en ligne le 21 octobre 2016

par christian
Noter cet article :
0 vote

 Les besoins de l’âne

Le système digestif de l’âne est conçu pour une valorisation optimale d’une nourriture maigre. Il est de très loin supérieur à celui des chevaux. C’est un athlète exceptionnel. Il survit sans peine dans des contrées désertiques et s’alimente d’herbes sèches, de broussailles, de bois... et parcours 45 km en moyenne par jour. Chez nous, il mange riche et ne fait pas d’exercices. Cela joue sur sa santé, son caractère.

L’âne craint une alimentation trop riche, azoté, attention à la composition du foin !

Le foin idéal sera de bonne qualité, riche en fibres, pauvres en protéines, en calories et associé à un peu de paille de préférence bio.

Les ânes consomment entre 1,5 % de leur poids corporel en matière sèche quotidiennement de foin pauvre avec peu d’azote, riche en fibre et pauvre en protéine.

Exemple :

  • Un âne standard (250 kg) mange 3,75kg de foin pauvre.
  • Un petit âne de 150 kg mangera 1.875 kg de foin pauvre.

Ces chiffres ont été calculés en climat tempéré.

 Foin et paille idéales :

Ordinairement, aux ânes, on donne du foin appelé « foin à chevaux ». Il est trop riche.
Les foins riches en luzerne et en trèfle sont encore plus riches pour nos ânes.
Important, il ne doit pas avoir pris la pluie.
On va le compléter par de la paille. La paille devra être de blé, d’orge ou d’avoine uniquement. JAMAIS DE SEIGLE. Le Seigle irrite le système digestif de l’âne.

Si l’on fait son foin sois même, il faut couper pour les ânes un foin de graminée en première coupe tardive. Le foin sera plus fibreux et moins riche.

NE JAMAIS DONNER UN FOURRAGE RICHE EN CALORIES

Le foin doit être parfait, bien vert, sans aucune poussière. Il ne doit y avoir aucune plante toxique. La présence de fougères, prêles, d’arbustes peut poser des problèmes. C’est un indicateur de mauvais foin.

 Choix du foin et de la paille :

Les débutants souvent demandent conseil au vendeur de foin, au maréchal ferrant ou au vétérinaire. C’est une très mauvaise idée car souvent ILS NE CONNAISSENT PAS LES BESOINS DES ÂNES et vont vous conseiller comme pour un cheval.

Dans ce domaine, il vaut mieux faire appel à son jugement si vous avez le choix du fournisseur de foin. Regardez ce qu’il vous propose, évaluez la qualité du foin. Pas ou peu de trèfle, de luzerne, juste des graminées. Il vous faudra apprendre à identifier les plantes à problème et ne pas acheter de balles de foin en contenant.

Si vous n’avez pas le choix du fournisseur, dans de nombreuses région du Québec, on prend ce que l’on trouve... et on module, si c’est trop riche on en donne moins.

La paille sera de blé, d’avoine ou d’orge. La plus naturelle possible.

 Calculer le poids de l’âne

Hauteur au Garrot Poids
De 0.8 à 0.9 mètre de 70 à 100 kilos
De 0.90 à 1 mètre de 100 à 150 kilos
De 1,00 à 1,10 mètre de 150 à 200 kilos
De 1.10 à 1.20 mètre de 200 à 260 kilos
De 1.20 à 1.30 mètre de 250 à 300 kilos
De 1.30 à 1.40 mètre de 270 à 330 kg
De 1.4 à 1.50 mètre de 300 à 360 kg

Mesurez chaque âne, évaluez son poids. Additionnez les poids des ânes. Multipliez par 1,5% pour obtenir la quantité de foin à donner. La faire varier selon les conseils ci-bas.

 Varier les doses selon les températures.

Comme toutes les études faites sur les ânes l’ont été faites en climat tempéré, on peut se baser sur elles pour nourrir les ânes une grande partie de l’année. Certaines études même conseillent de donner de la paille à l’année longue aux ânes sans foin !
Notre climat est rude, l’âne doit arriver en automne avec un peu de gras pour passer l’hiver sans problèmes.

Je donne aux ânes une ration de 50 % de foin et paille à volonté pendant toute la belle saison jusqu’aux froid. Si en plus, ils ont quelques broussailles, tremble, saule... ou quelques 2x4 en épinette (non traité, non peint) à grignoter, c’est le bonheur !

Quand la température descend autour de moins 10 à moins 15, on peu passer a une ration complète de foin et paille à volonté.

Si un âne maigrit, je lui donne de l’orge pour qu’il rétablisse son poids.

J’examine les ânes tous les jours, si ils grossissent, je diminue le foin. Si ils maigrissent j’augmente. S’ils sont en troupeau, les vielles ânesses ou les ânes délicat, plus lent à mastiquer risquent de maigrir. Dans ce cas, les complémentez avec de l’orge écrasé.