Soins des sabots des ânes
Lutter contre les champignons et la pourriture de la fourchette
Article mis en ligne le 28 octobre 2016

par christian
Noter cet article :
0 vote

Souvent, je reçois des ânes avec des sabots dans des états préoccupant. Troués, trop long, fissurés et surtout rongés par les champignons.

Le pied de l’âne est conçu pour les chemins pierreux et caillouteux de ses déserts d’origine et lui assure une excellente stabilité en terrain accidenté. Le pied est plus droit que chez le cheval et il faut donc en tenir compte lors du parage. La sole est plus concave, le pied est plus creux en dessous, la corne est beaucoup plus dure que chez le cheval. Le sabot peut être de corne noire, blanc ou parfois bicolore.

L’âne est un animal de climat désertique, donc sec. L’homme l’a domestiqué et imposé des conditions de vie en climat tempéré, souvent humide. Ses sabots craignent l’humidité et demandent donc des soins constant en milieu humide. Ici l’humidité est partout. La neige en hiver, les terrains argileux, la rosée, la pluie, tout cela crée un milieu propice aux champignons de sabot et à la pourriture de la fourchette.

 L’abri

L’humidité est l’ennemie numéro un des sabots de l’âne. L’abri de l’âne doit en être dépourvu.
Le sol doit donc être de béton (rugueux) et il ne doit y avoir AUCUNE litière. Les litières sont une source d’humidité constante pour le pied et favorise le ramollissement, ou la pourriture de la fourchette ou de la sole. Le sol doit être nettoyé tous les jours et le sol devrait avoir une pente très légère vers la porte pour évacuer les liquides. Cela permet a l’âne d’avoir un espace sec et propre ou ses sabots peuvent sécher.

 Le parc d’hiver, les pâturages

L’idéal est un terrain sec qui draine bien. Il ne faut pas faire pâturer les ânes dans des terrains humide ou marécageux. La rosée trempe les champs du soir au matin. Elle est souvent abondante tout l’été. Si l’âne souffre de champignon, il faut ne lui laisser accès aux champs que la journée quand les pâturages sont sec.

 Désinfection des outils du maréchal ferrant

En parant les ânes au Québec, on trouve souvent une maladie due à un champignon du genre teigne qui ronge le sabot et qui peut provoquer la chute de toute la boîte cornée. Cette maladie est nommée « maladie de la ligne blanche » ou fourmilière.
On constate une abondante poudre blanche à la base du pied, (à ne pas confondre avec la peau morte que l’on trouve en curant le pied) ; C est une maladie présente chez les chevaux qui provoque des boiteries et des suintements au bourrelet.

L’humidité la favorise et elle se transmet d’un animal à l’autre par les instruments du maréchal ferrant. Exiger donc la stérilisation du matériel de maréchalerie entre chaque animal.

 La fourmilière ou maladie de la ligne blanche

La fourmilière est une maladie du sabot due à des bactéries anaérobie et à des champignons qui se logent dans la boîte cornée. L’humidité, u corps étranger, une seime, un abcès, des sabots longs, mal entretenus, une fourbure ou des outils de maréchaleries non désinfectés peuvent l’a transmettre ou la provoquer. L’humidité, la boue permanente, les litières y contribuent pour beaucoup. Cela provoque un décollement de la paroi du sabot qui va favoriser une infection anaérobie. Sans soins cela peut provoquer le pourrissement complet du sabot et sa chute. Votre maréchal-ferrant pourra y remédier.

Le maréchal ferrant en parant les sabots va la diagnostiquer. La fourmilière est longue et difficile à soigner. Les risques de récidive sont importants. Pour traiter la bactérie, la teinture d’iode) est efficace. il faut l’appliquer quotidiennement lors d’un brossage de la cavité atteinte. Pour traiter le champignon, l’eau oxygénée est efficace et complète le travail du maréchal ferrant qui va retirer tout ce qui était visiblement atteins. Les soins durent fréquemment douze mois avant que le sabot ne redevienne sain.

On doit absolument ne pas favoriser le milieu où se développe la bactéries et champignons. Donc on garde les pieds de l’âne au sec et on lui donne les soins appropriés.

 La pourriture de la fourchette

La bactérie qui la cause se trouve dans l’intestin des des animaux. On la trouve donc dans les sols, via les déjections des ânes. Les sols humides, boueux, les litières, le fumier, la boue favorisent ces bactéries qui vont s’installer dans les lacunes de la fourchette, et favoriser des infections. Il suffit d’y ajouter un manque d’hygiène et d’entretien des sabots, et c’est le début de la pourriture de la fourchette. On reconnait la fourchette pourrie à son aspect et son odeur lorsque l’on cure le pied. Il y a alors de vrais risques d’infection et d’abcès.

Voici quelques recettes qui agissent agissent contre les infections fongiques, bactériennes de la ligne blanche et de la fourchette.

Les amateurs de produit naturel utiliserons de l’Huile de Mélaleuca (huile d’arbre à thé, Tea-tree oil), ou de l’Huile d’origan.

Une solution composée de 30 % de vinaigre de cidre et de 70 % d’eau tiède qui seront vaporisées sur les régions touchées lors du curage. Le vinaigre de cidre a un pH acide, qui contribue à tuer les bactéries.

Les produits naturel sont idéaux en entretien et désinfectant courant mais en cas de problèmes sérieux, on doit passer à des produits vétérinaires plus fort.

Bien suivre la posologie et le mode d’emploi de ses produits

 Soins préventifs

En période sèche, sur sol sec, le curage des pieds peut être fait une fois par semaine. Il permet de détecter un éventuel problème. En période de boue, d’humidité, les sabots doivent être nettoyé tous les jours. La terre humide, le fumier, les pierres ne doivent pas rester dans le pied. Il faut chercher tout suintement, sécrétion anormale, odeur de pourriture. Si le pied est chaud, cela peut annoncer un soucis.

Les soins de sabot par le maréchal ferrant sont d’autant plus rapprochés que la saison est humide car le sabot pousse plus vite qu’en sol sec.