Bandeau
Ânes du Québec
Pour l’amour des ânes

Refuge pour ânes, conseil, formation, coaching, livre sur l’âne

logo article ou rubrique
Sauver un âne en hypothermie
Article mis en ligne le 8 février 2019

par christian

Vous arrivez le matin, un âne est à terre. Ses pattes sont dures comme de la pierre, sa température est basse. Aucun vétérinaire disponible de suite pour le soigner.

Que faire ?

 Le mettre à l’abri

Première chose, vous devez avoir une luge suffisamment grande pour tirer votre âne vers un abri ou lui faire un brancard, le rouler dessus délicatement et le porter avec quatre costauds. Un âne pèse entre 150 à 250 kg, voire plus selon la taille de l’âne. Un tracteur avec des fourches peut lever le brancard.
Dans tous les cas, vous devez avoir un moyen de manutention au cas où toujours prêt…
Amenez l’âne dans un lieu isolé, chauffé avec un sol chaud (tapis de caoutchouc, épaisseur de foin, de paille…).

 Les soins d urgence

Levez l’âne avec le brancard, plongez-lui chaque patte dans de l’eau tiède et massez les membres longuement. Prenez sa température.
Une fois les pattes dégelées, couchez-le délicatement.
Faites-lui des massages sur tout le corps en insistant sur les membres froids, faites lui bouger les membres avec douceur, lentement entre deux massages.
Remplissez tout ce que vous trouvez en bidon plastique de 2 à quatre litres d’eau chaude, bidon de lessive, bouteille d’eau… j’en ai toujours une dizaine d’avance au cas où… positionnez-les sous et autour de l’âne, sous le cou, entre les jambes. Changez-les dès qu’ils tiédissent. Mettez une couverture de survie isolée plus une couverture. Il devrait se mettre à suer lors de la revascularisation de la peau. C’est un très bon signe.
Dès qu’il a transpiré, séchez-le et enlevez la couverture de survie et couvrez-le avec des couvertures épaisses. Prenez la température de l’âne régulièrement. Elle doit remonter. Notez chaque heure sa température et comptez ses respirations sur une minute. Pour prendre la température, enfoncer bien le thermomètre sinon la lecture sera fausse. Prenez son pouls.
L’animal aura certainement des blessures, des enflures aux pattes qu’il faudra surveiller. Au début, il sera couché sur le côté. Il aura une respiration sifflante et hésitante. Toutes les deux ou trois heures, changez-le de côté, Faite attention à ce que sa tête repose sur une couverture pour ne pas blesser l’œil. Dès qu’il aura assez de force pour tenir sa tête, redressez-le et calez-le avec une balle de foin. Nourrissez-le avec du grain, orge et maïs écrasés (80/20 %) par exemple.
Veillez à ce qu’il boit bien. Il aura peut-être de la difficulté à déféquer, il sera déshydraté et ses selles seront dures. Il vous faudra l’aider avec un doigt.
Au bout d’une demi-journée maximum sa température devra être remontée autour de 37 degrés. Dès qu’il ira mieux, il va essayer de se lever. Il faudra l’aider et être là pour lui éviter des chutes et de nouvelles blessures.

 Surveillance constante la première nuit

Je vous conseille donc de rester avec lui et de dormir à ses côtés pour être prêt à intervenir au moindre problème. En effet, il faut remplir d’eau chaude régulièrement les bidons, remettre les bidons et les couvertures en place chaque fois qu’il bouge… c’est un boulot de surveillance à plein temps.

 À surveiller

J’ai déjà sauvé des ânes qui avaient une température descendue à 32 degrés. Surveillez bien sa respiration, attention aux toux… L’âne peut faire une pneumonie ou avoir des problèmes digestifs. Dans ce cas, aucune hésitation, antibiotique.

S’il ne se relève pas, il vous faudra le lever tous les jours avec un système de poulie sur un brancard fait avec de larges sangles

Si vous faites appel à un vétérinaire, il va lui donner de l’oxygène, Une solution intraveineuse lui sera administrée afin de rétablir la circulation et tenter de le réchauffer avec des anti-inflammatoires. Il pourra aussi avoir des lavements chauds. Attentions, certains vétérinaires vont vous proposer l’euthanasie alors que l’animal est sauvable.

 Ses premiers pas et convalescence

Dans les 24 heures, il devrait se relever. Il sera vacillant et mal assuré sur ses pattes. Vous pouvez le faire marcher un peu en vous assurant qu’il ne tombe pas, il risque de boiter. Il vaut mieux être deux au moins, un de chaque côté pour les premiers pas.
Mettez-le dans un petit local, avec de l’eau, du sel, du grain, du foin et surveillez-le. En 48 heures, il devrait être plus assuré sur ses pattes. Continuez à soigner ses plaies, les enflures œdémateuses devraient se résorber dans la semaine.
Faites lui faire une ou deux balades sans courir, en le faisant marcher lentement et en assurant son équilibre. Généralement c’est le train arrière qui vacille. Lorsqu’il sera totalement rétabli, vous pourrez le remettre avec le reste du troupeau.

 En conclusion

Sauver un âne en hypothermie est à la portée de tous si la température corporelle n’est pas trop basse. Il faut avoir un local chauffé pour les soins (mon salon pour le premier que j’ai sauvé) et lui consacrer au moins 24 h à plein temps…
ça vaut le coup et l’âne aura toutes les chances de survivre sans séquelles.

 L’infirmerie

Il est indispensable d’avoir un lieu chauffé pour accueillir un âne en détresse en hiver. Si c est par le sol, c’est idéal.

Idéalement l’infirmerie devrait avoir au moins 10 m² de superficie. Le sol devrait être couvert d’un tapis de caoutchouc.

Un moyen de levage devra être présent pour lever l’âne, un rail avec des poulies par exemple et un système de brancard ou de sangles très larges pour le soutenir.

Si en plus, il y a de l’eau chaude, c’est parfait.


Soutenir par un don